mercredi 31 juillet 2013

LE CHRONIQUEUR EXPRESS : INSAISISSABLES de Louis Leterrier



Quatre talentueux magiciens sont engagés
par un mystérieux commendataire.
Son but ? Produire les plus grand tours de magie
jamais vus au monde... et réparer quelques injustices
au passage ! Où quand Robin Des Bois
troque son arc contre une baguette magique !

Film roublard et éminemment sympathique, Insaisissable est le fils spirituel de L'Arnaque et d'Ocean Eleven. Mis en scène par le frenchie Louis Leterrier, plutôt malmené depuis son très bancal Choc des Titans, le métrage s'amuse à nous mener par le bout du nez dans un jeu de piste très rythmé et toujours suffisamment explicite pour ne pas nous perdre en route... et juste ce qu'il faut d'évasif sur certains points, afin de laisser planer... un peu de magie ^0^

Le principal reproche fait au précédent film de L. Leterrier était une caméra parkinsonnienne rendant parfois l'action totalement illisible (cf : la scène du scorpion géant, où l'on s'aperçoit à la fin, qu'en fait.... il était "plusieurs" ^___^,). Pourtant, le film parvenait ça et là, à distiller un souffle, une ampleur épique notamment dans sa scène finale aussi réussie que dantesque. Un souffle cette fois bien présent du début à la fin d’Insaisissable. La caméra parkinsonnienne est toujours là, mais son traitement sous lexomil semble avoir fait de l'effet (en gros, le cinéaste à mûrit). La seule et unique grosse scène d'action brute du film (comprenez bagarre au corps à corps + poursuite en voiture) se révèle "exigeante" à suivre, mais l'on si fait, et nulle doutes que celle-ci sera tout à fait digeste, voir même  trépidante sur un bon écran de salon en blue ray.
Mais la vraie action du film repose essentiellement sur les spectacles de magie et la manipulation du spectateur au niveau scénaristique. C'est quasiment un sans fautes à ce niveau là : mise en scène ample, lisible, grandiose même lors de la scène finale, musique de polar typée années 70/80, belle photographie, explications de certains tours à la fois ludiques et passionnantes à suivre sans trop en dévoiler, mais assez sympathiques à suivre pour ceux qui aiment voir l'envers du décors, etc...

En conclusion, et sans aller plus loin sous peine de vous spoiler les très nombreux rebondissements du film, je vous conseille ce très bon divertissement. Malin, roublard, classieux, enjoué même, Insaisissable est aussi l'occasion de voir Morgan Freeman et Michael Caine s'amuser comme des petits fous dans des rôles taillés à leurs (dé)mesures ! Bref, LE film de la maturité artistique pour un réalisateur à peine quarantenaire et à la carrière (enfin) prometteuse ^^

ABRACADABRA ! ^0^