samedi 31 décembre 2016

BON RÉVEILLON !


L'ultime dessin de cette année 2016 sera donc un fan art d'Elsa ^^
J'ai encore de nombreux dessins de cette année 2016
totalement inédits et que je vous inviterai à découvrir
courant 2017 via mes réseaux sociaux - Alors restez connectés ^^
Et encore une fois : BON RÉVEILLON !


vendredi 30 décembre 2016

COUNTRY GIRL


Je voulais faire une gamine cliché de la campagne, limite Fifi Brindacier. D'ailleurs, saviez-vous qu'Isao Takahata (Le Tombeau des Lucioles, Princesse Kaguya) voulait faire une adaptation en série TV de ce célèbre personnage ? En fait les ayants droits ont refusés ^___^; L'histoire ne dit pas s'ils ont amèrement regrettés par la suite.



jeudi 29 décembre 2016

mercredi 28 décembre 2016

UNE ARMADA DE VOEUX ! ^^


C'est la première fois qu'un Éditeur me mets
dans un patchwork (et bien centré en plus)
pour de la promo/carte de voeux/communication !
Tout vient à point à qui sait attendre, et donc : Merci ^^







dimanche 25 décembre 2016

TANKS VERSUS TRAIN ! Story Board Demo


En ce jour de Noël 2016, voici un petit cadeau "spécial" datant en fait... de 2015 ! ^^
Cette année-là, dans le cadre de mon enseignement en story board dans certaines écoles d'art parisiennes, j'ai crée cette petite démo pour mes élèves. Le but était de montrer les possibilités des "animatiques", c'est à dire prévisualiser une scène avec de la vidéo, de la 3D, des croquis, etc.
Bien sur, il faut voir cela dans l'optique d'un "brouillon", d'un guide pour réalisateur, directeur des cascades ou FX, etc. Après tout certains story boards animés de Star Wars ont étés fait avec des patates pour simuler des champs d'astéroïdes ^^
En tous cas, je me suis bien amusé et maintenant, tout le monde sait que je suis officiellement un gros fan de Fast &Furious ^^




musique : ”Heaven In Your Mouth”
par le groupe Intouchwithrobots
http://creativecommons.org/licenses/b...
https://www.facebook.com/intouchwithr...
https://soundcloud.com/intouchwithrob...
Avec l’aimable autorisation des auteurs

source musicale : http://www.auboutdufil.com
source modèles 3d : http://archive3d.net
 
Et merci à la direction pédagogique de L'ICAN pour avoir autorisé
la diffusion de cet outil pédagogique (oui, on peut faire du pédagogique fun ^^)
 

jeudi 22 décembre 2016

SANTA CLAUSES ARE GO [INKED]


Dernière preview de ma carte de Bonnes Fêtes 2016 avant la version définitive à paraître au plus tard le samedi 24 Décembre.
Cette fois il s'agit de la version encrée en noirs et blancs. Comme d'habitude, la version encrée a pris au moins autant, voir plus, de temps à faire que le croquis de base. Je comprends aisément pourquoi le métier de dessinateur et d'encreur sont généralement fait par deux personnes différentes aux USA !

samedi 17 décembre 2016

HEIDI 1899 - Croquis de recherche

Depuis longtemps trotte dans ma tête une adaptation du célèbre roman de Heidi. Plusieurs versions ont étés testés et même une version traditionnelle m'a été demandée en test (mais sans lendemain).
Finalement, je reviens à ma toute première version : un Heidi ex-enfant soldat, traumatisée par la guerre, ayant perdue toute humanité. Celle-ci n'est plus qu'une enveloppe vide, au bord de la folie. C'est alors que celle-ci va ré-apprendre à vivre auprès de son grand père, puis bien sur auprès de Clara. Le tout dans une ambiance victorienne steampunk.
Dans cette version donc, Les rôles sont inversés : C'est l'entourage de Heidi qui va lui ré-apprendre à vivre.

 
A travers ce dessin la représentant dans une sorte de camisole, Heidi est dans un hôpital pour blessés de guerre; elle à un regard hagard, presque fou. Elle sourit mais j'espère avoir transmis le sentiment que ce sourire n'est qu'une façade...
Qui sait si un jour ce projet verra le jour dans le futur ?

jeudi 15 décembre 2016

ANGELIKA - Croquis de recherche


Parmi mes nombreux "projets", se trouve une histoire mettant en scène une elfe nonne aux prises avec un serial killer dans un monde d'héroïc fantasy. Ce serait un récit très sombre et gothique, mélange de steampunk, d'ambiance victorienne, avec de l'acier et de la pierre.



 
C'est une des premières fois que je dessine
cette héroïne et déjà elle a une forme quasi finalisée ^^
Qui sait si j'en ferais un pilote un jour ?

samedi 3 décembre 2016

44 PRINTEMPS ! ^0^



-->
« L’IMPORTANT N’EST PAS QU’UNE CHOSE SOIT POSSIBLE OU NON.
L’IMPORTANT EST D'ÉTRE CONVAINCU QUE CELA SOIT POSSIBLE OU NON ! »

Voici donc 2 ans et demi que je me reconverti du mieux que je peux dans l’enseignement.
Arrivé à 44 ans, je pense que mon rôle ne se borne pas qu’à la transmission de simples techniques.
J’évolue dans l’illustration, la bande dessinée, le manga, le cinéma et le jeu vidéo. Tous ces domaines artistiques ne sont pas que des applications bêtes et serviles de techniques éprouvées. Nous devons faire appel à notre instinct, nos goûts, assumer des choix dictés parfois par la logique, mais surtout par nos envies. Comment bien choisir ? Comment être sûr ? Il n’y a pas de réponses à ces questions, car en Art, il n’y a pas de vérité. Bien sur la technique pure est un bon repère d’appréciation. Et on se doit aussi de discerner la beauté « intrinsèque » (et encore, qu’est-ce que le bon goût pour certaines cultures ?), de la beauté de l’innovation et de ses descendants. Mais comme pour la musique, on peut aussi bien apprécier la justesse d’une mélodie au violon, comme la puissance d’un orchestre symphonique. On peut tout aussi bien apprécier l’hyperréalisme des vagues peintes par David Caspar Friedrich, comme l’expressionnisme et la force de celles dessinées par Hokusai. Ainsi, même la logique de la technique (hors informatique - car un logiciel reste un outil censé et paramétré, même s’il existe comme partout des « astuces » propres à chaque artiste) est source de débat inépuisable avec mon entourage. Ce qui fait qu’on évolue encore et sans cesse pour affiner son propre univers.

Au final, en plus de la technique académique et indispensable aux bases d’un apprentissage artistique (et que l’étudiant choisira d’appliquer ou non, et de transcender ou pas), j’essaye d’apprendre à mes élèves à prendre les décisions qu’ils jugent les plus justes, et surtout à les assumer. Mais mon but n’est pas de me cloner. J’essaye ainsi de toujours aller dans le sens du style de l’élève, de voir ce que je peux lui apporter, dans SON univers. Mais au delà du talent, des doutes, de la remise en question, de la peur, je veux lui enseigner qu’au delà de tout cela, il y doit y avoir une volonté farouche, des trippes, du courage, et excusez l’expression : des couilles !

Aujourd’hui être artiste est un véritable défi bien au delà du sacerdoce. L’un de mes propres défis est de maintenir la motivation des élèves tout en leur montrant les réalités qui les attendent. C’est pour cela que j’essaye de leur proposer de la pensée positive, de leurs dire que l’on peut réussir, et qu’après tout : « tous ceux qui ont gagnés au loto n’ont jamais regrettés d’avoir joué ! »

C’est un exercice difficile de préserver leurs rêves, tout en lustrant leurs premières armures dans ce métier qu’est celui d’artiste. Je leurs dis qu’il y aura des moments de joie, des moments de peine, que jamais il ne faudra se dévaloriser (d’autres le feront à leurs place, rassurez-vous ^^). Je leurs demande de rester passionnés dans un pays ou jouer les « blasés de la vie » est une mode qui perdure depuis des décennies, de ne pas avoir peur du soit disant ridicule de montrer leurs hardiesse, et de tout simplement croire en ce qu’ils font et ce qu’ils sont. Ce n’est pas facile. Cela ne l’a jamais été. Cela ne le sera jamais. Enfin, je ne suis pas de ceux qui culpabilisent les gens de voir plus gros que leurs ventres, je ne veux pas taper sur des pionniers, oui parfois je suis sévère, mais je veux les pousser vers le haut du mieux que je peux. Tout simplement.

« Les Dieux ont décidés qu’il ne serait pas facile d’être un homme.
C’est pour ça qu’on est si fier lorsqu’on y parvient »
(La Cité de la Joie – Roland Joffé).

lundi 28 novembre 2016

dimanche 27 novembre 2016

[COSPLAY] CLOUD ALTERNATIVE


Preview d'un shoot effectué il y a quelques mois
pour une version féminine de Cloud, le fameux héro
du jeu vidéo Final Fantasy VII. Le set complet
sera dispo début 2017 (normalement).
Avec la jolie Agathe Le Bouler



mardi 22 novembre 2016

ROOOAAARRRR !

Ma modeste participation à la série de BD de mon copain Fairhid Zerriouh.
La technique a encore besoin d'être considérablement améliorée,
mais bon, ce fut une expérience intéressante.
En attendant, n'hésitez pas à soutenir le projet de et auteur hélas
trop méconnu et qui rayonne sa bonne humeur aussi bien dans
ses oeuvres que dans la vraie vie ^^

samedi 19 novembre 2016

MA GRANDE SOEUR


"Grande soeur me dit que maman veut la tuer,
Mais maman me dit que je n'ai pas de soeur..."
Pas facile de faire peur avec des dessins...
J'y arriverais peut-être un jour...

lundi 14 novembre 2016

MON LIVRE DE COLORIAGE !



Format A4 - 9,90 Euros

Disponible à la vente sur le site de l'éditeur :
CLIQUEZ ICI !

27 illustrations à mettre en couleurs !
A vos crayons !!





jeudi 10 novembre 2016

L'ARGENT NOUS SAUVERA TOUS !



Si vous n’aimez pas l’argent, que vous le rendiez responsable de tous les malheurs du monde, c’est pourtant lui qui nous sauvera sans doute des débordements possibles de Trump.
Je n’y connais rien en politique, mais cela ne m’empêche pas d’avoir une opinion comme tout le monde.
Une opinion que je préfère garder dans mon cercle privé.
Mais je peux partager le sentiment suivant avec vous : Oui, l’argent nous sauvera tous, car je pense que toutes les économies du monde sont désormais connectées. Si un pays riche éternue, tous les autres attraperont le même rhume. Déjà les premiers discours du nouvel élu étonnent par leur ton posé, et on lui rappelle aussi qu’il vaut mieux éviter de fâcher certains partenaires payant la dette américaine (cf. La Chine).
Donc non, Trump ne tuera pas la poule aux œufs d’or. Et même s’il le souhaite, « on » ne le laissera pas faire. Trop d’enjeux économiques sont dans la balance. Alors oui : l’argent nous sauvera tous. Du moins de « l’apocalypse » annoncée par certains. Et si apocalypse il y a, elle sera délocalisée dans des pays pauvres, comme d’habitude.

Un jour, j’ai vu un reportage sur une femme parlant de la « mal-bouffe ». Elle disait que l’arme secrète pour nous refourguer toutes ces saloperies grasses, sucrées, colorées, etc… C’était tout simplement « nous ». Eh oui, on s’en fout de ce qu’on a dans notre assiette tant que c’est joli et bon au goût.
Quoi ? Vous n’êtes pas de ceux qui se laissent faire bêtement ? Rassurez-vous, d’autres s’abstiennent de se renseigner à votre place ! Et c’est un peu pareil pour la politique et le capitalisme fou. Avant les riches et les puissants craignaient que le peuple désormais mieux éduqué se révolte en connaissant la vérité sur leurs agissements. Et puis les riches et les puissants se sont aperçus qu’en fait… le peuple s’en fout !
Donnez-lui du pain – Le peuple vous foutra la paix.
Donnez-lui des jeux – Le peuple vous aimera.
Donnez-lui un responsable – Le peuple vous suivra partout !
Et ça marche depuis au moins l’antiquité romaine.

Certains disent que nous devons changer de système. Mais pour le remplacer par quoi ? Un système plus égalitaire ? Mais il suffit qu’un seul individu dans un groupe veuille plus que les autres, pour que le système capitaliste reparte de plus belle ! Vous pensez que c’est une vision purement occidentale du capitalisme ? Regardez donc les milliardaires asiatiques ou russes… Vous les trouvez différents des milliardaires occidentaux ?
Doit-on alors renoncer à améliorer le monde ? Non bien entendu. L’important n’est pas qu’une chose soit impossible, mais d’être convaincu qu’elle est impossible. Nuance.

Personnellement donc, je continuerai de publier ici de jolies images du monde entier, et mon « combat ordinaire » par mon métier d’enseignant.
A chacun son acte citoyen, à son échelle, petit à petit…

mardi 8 novembre 2016

PINTEREST 5000 !



Plus de 5000 abonnés sur mon compte Pinterest (https://fr.pinterest.com/karafactory/), merci encore !
A l'époque, j'ai ouvert mon Pinterest sur les conseils d'un copain pour mettre en avant mes travaux. Puis un jour, je me suis fait un tableau sur les BJD- Ball Joint Dolls. Puis un tableau en appelant un autre, me voilà avec plus de 15 000 images collectées ! Je trouve Pinterest plus amusant et constructif qu'un jeu vidéo en fait. On part à la chasse aux images et on se constitue un véritable petit musée virtuel qui peut servir de documentation, ou même de "Cloud" pour montrer des images lors de cours, à ses amis, retrouver des références, etc...
On pourrait croire que mes tableaux les plus coquins sont ceux qui marchent le mieux? Et non ! Mon tableau ayant le plus de succès est celui contenant une pléthore de décors / concept designs, avec plus de 3000 abonnés à lui seul ! La CULture plus forte que le CUL ?
 
 
En tous cas, cela vaut bien un p'tit dessin ^0^


 

samedi 29 octobre 2016

BRAVE AMIDALA



Commande pour un client Belge qui fait partie de l'organisation de FACTS, le Comicon Belge.
Pour le coup, il avait bien aimé mon Amidala "mangaïfié", et je lui en ai fait une autre (la première étant partie depuis belle lurette).
Cette fois, je la voulais "en action" et pas juste en train de poser fièrement.

mercredi 26 octobre 2016

-THE WITCH FROM EVERYWHERE- HAPPY HALLOWEEN 2016 !





Pour cet Halloween, je continue dans "la bonne humeur" en rajoutant une touche de poésie. Issue de nulle part et de partout à la fois, voici une petite sorcière qui voyage d'univers en univers, accompagné de son bâton chat Schrödinger ^^
D’habitude je teste des techniques peu habituelles pour mon style comme la peinture numérique. Mais cette fois, j'ai préféré assurer ^0^
Happy Halloween again !

mardi 25 octobre 2016

TEEN NINJA

 
 
Just for the fun. Je voulais m'amuser avec des
"ombres comics" pour les fringues.

lundi 24 octobre 2016

SLAVE LEIA - EX LIBRIS IN COLORS !



Cette version colorée existe en fait depuis des semaines ! Pourquoi ne la poster que le lendemain du Comicon Blege FACTS 2016 ou celle-ci était disponible ? Et bien pour éviter les possibles contrefaçons !
En effet, cet ex-libris n'a pas servi qu'a être un joli collector, mais aussi et surtout : Lorsque l'équipe du salon à vu la version Noire et blanche de ce dessin, ils m'ont demandé si je pouvais la mettre en couleurs... pour servir d'illustration aux pass VIP, GUEST, et autres badges du salon ! ^^
Donc pour éviter qu'on imprime le dessin et qu'on trafique des faux badges, on m'a demandé d'attendre la fin du salon pour vous montrer le résultat final ^0^
Hope you like it ^^


vendredi 21 octobre 2016

VIRTUAL REVOLUTION - LE "BLADE RUNNER" FRANÇAIS ?

-->


Résumé : À Paris, en 2047, alors que la population vit connectée en permanence à des mondes virtuels, un agent employé par une multinationale est chargé de traquer des terroristes menaçant le système.

VR est un film doublement militant.
Militant de par son propos, ses thématiques, et surtout son analyse sans concessions d’un monde fortement possible dans les années à venir. Et militant de par le fait d’être un film de science fiction français dans un paysage cinématographique se méfiant du genre en lui-même.
On le dit fortement sous influence de la science fiction américaine (Blade Runner en tête). Mais comment peut-il en être autrement ? La Nouvelle Vague, même si elle partait d’un bon sentiment, a étouffé le cinéma populaire français. Même si le genre a connu quelques soubresauts salutaires jusque dans les années 80 (merci à Alain Delon et Jean Paul Belmondo), on peut dire que celui-ci attend depuis belle lurette sa résurrection ! Certes Chrysalis fut une belle tentative, mais ne parvint pas à réveiller le Phoenix endormi. Rendez-vous compte que le cinéma de genre américain ou encore l’animation nippone n’a pas connu sa maturité avant plusieurs années d’expérimentations. Il est donc malvenu de demander au cinéma de genre français de rattraper un demi siècle de sommeil (de retard ?) en un seul et unique film. Il est déjà miraculeux de voir qu’en un seul métrage, le réalisateur Guy-Roger Duvert a réussi à assimiler l’ensemble de ses influences en un tout cohérent !

De par sa forme, VR est un miracle en soit ! Lorsque le producteur Olivier Biercewicz montre le film à des gens de la profession, on lui dit que le film est de bonne facture pour un visuel estimé à 10-12 millions d’euros. Seulement, VR n’a coûté en réalité que … 1 million d'euros (approximativement) - soit à peine le budget d’un demi épisode TV des Experts Miami) ! Toute l’équipe a été rémunérée et même si certains salaires ont étés négociés au plus bas ; même en payant tout ce beau monde « pleine pot », le coût global n’aurait pas excédé 1,5 million d’euros ! Mieux : dans son optique militante, le film a été sciemment tourné en France, alors qu’un tournage en Nouvelle Zélande un temps envisagé, aurait encore abaissé son coût !
Mais alors, avec une somme aussi « ridicule », quel résultat donne un film de SF français sur l’écran ? Et bien une œuvre étonnamment généreuse dans son visuel ! Une flopée de décors numériques vient agrandir un film aux décors réels certes modestes mais variés, et clairement bien exploités. Les scènes d’action sont bien entendu d’une ampleur modeste, mais elles sont nombreuses, lisibles, parfois épiques et voir même sexy (merci à l’actrice Petra Silander) !
Au rayon des imperfections inévitables, l’on citera des dialogues très descriptifs et visant clairement le « grand public ». En gros : VR se veut accessible et prends la main du spectateur lambda… Alors que le spectateur geek attend depuis de longues minutes la suite d’un récit qu’il a déjà compris jusque ici. On pardonnera cet excès de zèle narratif grâce au jeu de comédiens impliqués et indubitablement habités par leurs rôles respectifs. En soit, il est clair que le scénario du film ne tient que sur une petite heure (scènes d’action incluses). Mais grâce à ces « rallonges » certes compréhensibles mais un peu redondantes, on atteint l’heure trente réglementaire pour le qualificatif de long métrage.

Car au final, que racontes VR ? Celui-ci décrit un monde ou la majeure partie de la population est connectée de son plein gré à des mondes virtuels bien plus beaux et passionnants qu’une réalité laissé à l’abandon, sale, décrépie, voir même… condamnée. Car peu importe ce qui est réel, ce qui est irréel : l’important reste l’expérience de vivre une vie épanouie, riche, ou seule la réalité de ses souvenirs compte !
Et c’est là que VR passe de bonne petite série B, à œuvre de science fiction ambitieuse et surtout « couillue ». VR pose de nombreuses questions, mais n’y réponds pas toujours. Non pas par paresse, mais parce que les réponses n’existent pas encore de son point de vue. Et surtout : veux t’on connaître les réponses à ces questions qui touchent notre morale ? La ou certains clament qu’il vaut mieux un malheur réel qu’un bonheur virtuel, VR installe le doute et pose des enjeux moralement douteux, mais terriblement humains au final ! Et sans spoiler, le final laissera plus d’un spectateur dubitatif, dans le bon sens du terme. Certains disent que la communauté des joueurs pourrait se sentir avilie, mais l’on parle ici avant tout d’instinct humain, de problèmes de société ou la remise en question du réel n’a plus lieu d’être. Car comme le film le dit : La Révolution a déjà eut lieu… Mais au final, tout le monde s’en fout, et surtout, en veux t’on une deuxième ? Il ne s’agit pas de critiquer le monde actuel du gaming… mais d’analyser une possible évolution à plus ou moins court terme ! Et là encore, le film ne se pose pas en juge moralisateur, il se contente de poser des questions qui dérangent, et engendrant encore une fois la frustration de ne pas avoir de réponses claires. Des réponses qui ne se soumettent pas à une logique de bien ou de mal, mais qui proposent des visions de choix de vie… et sans que personne ne vous dise si vous prenez ou non la bonne décision. Tout comme en art, il n’y a pas de vérités, mais seulement des choix à assumer !

Ainsi Virtual Revolution est de MON point de vue, LE Blade Runner français ! Personne ne peut dire s’il deviendra un film culte, une curiosité de vidéothèque, un film incompris et oublié, une simple série B de plus, mais l’essentiel est déjà là : Il EXISTE réellement !
Virtual Revolution est un film doublement militant. A vous de choisir d’y ajouter votre acte militant en allant le voir, en le soutenant, en le plébiscitant, en montrant que le cinéma de genre français existe… réellement !


vendredi 7 octobre 2016

PINTEREST 5000 - croquis et encrage


Pour fêter mes 5000 abonnés à mon compte Pinterest
voici un petit dessin qui, pour le moment,
attends sagement d'être mis en couleurs !
À suivre ^0^



jeudi 29 septembre 2016

SLAVE LEIA - EX LIBRIS !



A l'occasion de ma venue au Salon ComicCon de Belgique FACTS [ http://facts.be/fr/ ] le dimanche 23 Octobre 2016, un ex-libris sera disponible à la vente et reprenant la version encrée de ma Loli-Leia ! ^0^
Pour les lecteurs Belges et consorts, ce sera donc l'occasion aussi de me rencontrer pour des dédicaces, l'animation d'un atelier dessin BD, et la vente de cet ex-libris, ainsi que de nombreux originaux !
 

jeudi 22 septembre 2016

MON CARNET DE CROQUIS EN PRÉVENTE !


Cela fait quelques années que je voulais sortir
un petit artbook de mes dessins !

Je pensais imprimer environ 50 exemplaires
pour une diffusion localisée en Région Parisienne.
Bien sur, cela nécessitait une mise de fond pour la fabrication,
et donc investir quelques unes de mes économies.
Mais au final, les Editions Armada m'ont proposés de sortir
un petit artbook de croquis (avec quelques dessins en couleurs),
et surtout diffusé dans toute la France, et bien sur en un nombre
d'exemplaires plus conséquent !


Ce gros carnet (200 pages !) est désormais disponible
en prévente sur le site ci-dessous !
Il se peut que j'en vendes moi-même lors
de certains salons mais pour le moment,
le meilleur moyen de l'avoir est passer par le dit site !

Bonne future lecture !

 

vendredi 16 septembre 2016

FINAL FANTASY KINGSGLAIVE - LE RESTAURATEUR FOU !!





Quoi de mieux pour un film trop complexe, que d’employer des termes à contrario très simples ?

-Une introduction surchargée en péripéties et informations. On commence à ressentir que la mise en scène n’est pas au top de la lisibilité. Il faut attendre que les héros utilisent une bonne dizaine de fois leurs principaux pouvoirs avant de comprendre : « Aaaah OK, ils peuvent se téléporter en envoyant leurs dagues là ou ils veulent allllleeeerrr… »

-S’ensuit de longs corridors de dialogues, mis en scène comme dans un épisode raté de New York Section Criminelle… C’est long… ça présente des personnages qui pour la plupart ne reviendront pas dans le jeu, jeu qui sera la suite du film. Donc on a du mal à s’y attacher, car l’on est à peu près sur qu’ils vont y passer à la fin…

-Vers le milieu du film, l’intrigue décolle enfin pour lorgner du côté du récit d’espionnage, avec de chouettes scènes de suspense ! Chapeau au monteur !

-Vient enfin le temps de l’action, du grandiose, de la destruction massive, du drame, etc… Mais avec une caméra souvent… comment dire ?... à côté de la plaque ! Soit les plans sont surchargés de détails (débris, fumées, personnages, monstres, etc… Tout ça en même temps !!), soit les angles choisis ne permettent pas de comprendre l’espace scénique (qui est où par rapport à qui, et qui fait quoi où et comment, etc…). Ici, pas de caméra parkinsonnienne, non : juste une caméra qui se trompe une fois sur deux sur les choses à filmer ! L’action reste t’elle toujours illisible ? Non. Mais parfois, l’on devine plus qu’on ne voit. Et au bout d’un certain temps, on peut hélas décrocher.

-Ce qui est d’ailleurs très dommage car la direction artistique accuse un (presque) sans fautes ! De l’architecture en passant par les costumes, les personnages, les couleurs, etc… Tout est presque parfait. Il faudra juste m’expliquer pourquoi dans un monde dieselpunk/heroic fantasy/science fiction avec des monstres, des vaisseaux spatiaux baroques et des mecs en armure… On croise des pseudo camionnettes Volkswagen et des berlines Audi ! Pour le côté réaliste/identification avec le spectateur ? Mouais…

-Techniquement, on frôle là encore le quasi sans fautes. Mais pour l’expressivité des personnages, si on est très au dessus du film 3D d’Harlock, on est encore loin d’Appleseed Alpha ! Sinon niveau textures de peau, animation des particules, lumières, etc… Clairement on atteint un niveau ultra riche… TROP riche ! Car tout mettre dans des plans surchargés encore une fois, c’est comme mettre plus de chantilly que de glace. Oui, c’est gentil, oui c’est généreux, oui c’est sympa de leurs part, mais niveau crise de foie, on frôle l’hospitalisation !

-Même si les personnages sont pour la plupart des archétypes, le tout fonctionne plutôt bien et cerise sur le gâteau crêmeux : on peut regarder le film sans n’avoir rien vu des différents univers de la franchise Final Fantasy ! (ce qui est à peu près mon cas ^^). Sacré bon point, car le film possède une vraie fin, même ouverte, et dont on peut s’accommoder si l’on n’a pas envie de jouer à la suite vidéo ludique.

-FF KG est donc un film plein de défauts, mais dont on ne peut reprocher l’évidente générosité ! Une générosité presque touchante dans sa maladresse à boursoufler sa forme de chantilly dégoulinante. C’est un peu comme diner dans un palace. Le décor est sublime, le service parfait, et le chef vous mitonne une tranche de bœuf de Kobé juste succulente…. Et au dernier moment : Vient un maître d’hôtel sous acide qui décide de vous servir la viande broyée dans un mug avec la sauce anglaise du dessert ! Les Fraises et la glace mélangées à la sauce salade de l’entrée ! Ou encore du champagne chaud avec du sucre et de la grenadine, le tout dans une écuelle de Saint Bernard ! Et le même psychopathe de vous taper du coude dans les côtés à chacune de vos courageuses bouchées, vous susurrant à l’oreille : « Alors, c’est bon, hein ??? »

-FF KG aurait peut-être gagné à être plus consensuel, plus académique, moins fou et plus maîtrisé. Mais uniquement dans la mise en scène, car pour le reste, je le répète : on est OK !

-Bref, un film qui n’effacera pas le souvenir des Créatures de L’Esprit qui 15 ans après, reste encore un film à la technique aujourd’hui certes perfectible, mais qui demeure artistiquement et scénaristiquement très recommandable. Un film qui n’effacera pas également le pied monstrueux et coupable d’un Advent Children foutraque mais terriblement fun, classe, inventif, et pour le coup : toujours lisible ! Un film qui fait pâle figure à mon sens, à côté de Resident Evil Damnation ou encore Appleseed Alpha, peut-être moins « grandioses », mais encore une fois maîtrisant leurs sujet dans la forme comme dans le fond. Un film qui à défaut d’y arriver, aura essayé de voir plus gros que son ventre, d’en donner plus qu’il n’avait, de communiquer son enthousiasme envahissant, bref : Un film qui mérite, à défaut d’un second visionnage, au moins un peu de clémence… Avant que son souvenir ne s’efface peut-être pendant que vous re-re-re-re-regardez à nouveau Les Créatures de L’Esprit… Ou Appleseed Alpha… Ou Resident Evil Damnation… Ou même le prochain Gantz… Ou le prochain Disney : Moana… Ou en attendant Kung Fu Panda 4… Ou…. Mais de quoi on parlait, déjà ?

jeudi 15 septembre 2016

WILLOW FAN ART - [Be Amazd Studios]




Petit fan art pour le art book de l'éditeur Américain sus-nommé. Je n'avais pas le temps de faire quelque chose de très détaillé, et donc j'ai préféré la jouer modeste et rester en noirs et blancs.
Forcément, comparé aux autres fan arts du livre, mon dessin fera très pâle figure mais bon, il s'agira tout de même de ma première publication aux USA ! Mieux vaut tard que jamais ! ^^
De même, je voulais tester encore une fois mes intégrations de décors 3D traités façon dessin/gravure" avec mes personnages dessinés à la main, et le tout saupoudré de trames mécaniques "manga". Le résultat est honorable mais toujours améliorable, bien entendu ^^ !
Progress in progress in fact ^0^

jeudi 8 septembre 2016

STAR TREK 1966-2016 - 50ème ANNIVERSAIRE !!




Le futur et peut-être à nos portes, mais il hésite à utiliser la sonnette ! Je dirais même qu'au vu de l'actualité, ce serait plutôt la sonnette d'alarme qui ai sonnée ^^
Parfois on dit que l'art et surtout la pop culture ne servent à rien. Mais en fait, ils inspirent énormément de gosses qui, avec un peu de chance, réaliseront certains de leurs rêves une fois adulte. En espérant que pas mal d'entres eux gardent alors une âme d'enfant, dans un monde où les adultes soit disant matures et responsables, jouent les sales gosses !
Long Life & Prosper !!

jeudi 1 septembre 2016

GIRLS UND PANZER - DER FILM ! TANKS AND FURIOUS !!!


 
 Si la série était déjà un étonnant outsider de la télévision nippone, le film était pour ainsi dire attendu au tournant ! Et franchement, l'attente en valait la peine !
Sur deux heures de film (oui, DEUX heures !!), les 3/4 ne sont qu'une immense scène d'action dantesque impliquant des dizaines de chars d'assauts de tous pays, dans un déferlement d'images de synthèses somptueuses et grandioses ! On pensait que le final de la série TV était un summum du genre, mais le film ose aller encore plus loin (oui c'est possible !) et aligne des scènes d'action instantanément cultes et à grand spectacle ! Que vous soyez familiers ou novice dans l'univers de Girls und Panzer, le film peut se voir sans la série TV. Mais clairement l'empathie envers les dizaines de personnages présents ne sera pas du tout la même.
Girls und Panzer, c'est un cast à 95% féminin, sans une once de fan service; les vraies "vedettes" étant ici les chars d'assauts ! Pas de polémiques pseudo-politique si l'on se fie uniquement au titre. Ici, GUP c'est surtout : du sport, de la compétition, de l'entraide, des gags, du suspense, de l'audace, et surtout, une inventivité complètement folle niveau mise en scène; et qui renvoi les escapades automobiles de Fast & Furious au rang de courses de Hot Wheels ! ^0^
Panzer Vor !!!!

[PS : Oui l'affiche du film est plutôt moche, ce qui ne n'a pas empêché ce dernier de cartonner au box office nippon avec plus de 10 millions d'Euros de recette pour plus de 800 000 entrées ! un record pour un film de ce genre !!]