jeudi 28 février 2013

lundi 25 février 2013

MYSTIC EGYPT - chapitre 1 et 2


Une mystérieuse princesse comme sortie d'un conte Égyptien onirique...
Des Dieux énigmatiques, des créatures étranges et dangereuses...
Un moment d'éternité figé, issu d'une antiquité alternative et envoutante....

Cela faisait très longtemps que je n'avais pas fait de montages photos de modèles réels + décors en 3D. Du fait surtout de mon actualité professionnelle prioritaire, je n'avais pas pus m'exercer à de  nouvelles expérimentions en ce sens.
C'est en rencontrant via le site book.fr le mannequin MICHOU DIAKITE que j'ai mis en place à la fin de l'année 2012, un nouveau projet de photos-montages sur le thème d'une Egypte antique alternative, et proche dans l'esprit de la trilogie cinématographique la Momie.
Afin de gagner un temps certain (et surtout palier à mon inexpérience dans, par exemple, la modélisation de créatures organiques), certains modèles 3D utilisés sont issus de différents sites internet spécialisés. Mais toute la mise en place, les éclairages, les montages, etc... sont de mon crû, et bien entendu, je remercie au passage Michou de d'être prêté à un exercice de style qui, pour sur, l'à changé de ses habituels shootings de mode !

Voici donc les deux premiers "chapitres"
de ce mystérieux voyage, en espérant que d'autres
suivront prochainement !



A suivre !

jeudi 21 février 2013

PLAYSTATION 4 - BON, C'EST POUR QUAND "MATRIX", LES GARS ?



Dans les années 50, on imaginait l'an 2000
avec des voitures volantes, des colonies lunaires (voir martiennes),
des androïdes se baladant dans la rue, etc...

Au lieu de ça, l'an 2000 fut l'avènement des cadres dynamiques en trottinettes (qu'un cinéaste des 70 aurait imaginé ça, qu'on lui aurait ri au nez). Et aujourd'hui, le "21ème siècle" tant rêvé ne saute pas réellement aux yeux, mais tient dans la poche, dans un gadget appelé smartphone. Un engin qui sert à tout, aller sur le net, jouer aux jeux vidéos, lire des journaux en ligne, envoyer des SMS, se diriger par GPS, prendre des photos et des vidéos, et accessoirement, téléphoner (mais c'est en option il parait ^0^).

Nous sommes le 21 février 2013, et la présentation de la Playstation 4 vient de se finir aux USA. Avalanche de jolies vidéos, rendus hyper réalistes (voir quasi photoréalistes pour certains jeux), possibilités étendues de jeux en ligne, de partages d'expériences, accès à des réseaux sociaux, etc... OK, tout cela est joli, et même si le bond entre la PS3 et PS4 n'a pas été une claque telle qu'on en  a connu au moment du passage de la 2D à la 3D, on reste dans un domaine connu, pas trop dépaysant. Bref, du "pareil" mais en plus "gros", plus "long", plus "fort", etc... Au moins la promesse semble tenue à ce niveau là.

Mais voilà, nous sommes en 2013, et le gamin que je suis, et qui est né dans les années 70, attend toujours que ce troisième millénaire commence un peu à ressembler à ce qu'il a vu dans ses utopies dessinées ou filmées des années 1980. Bon, il est évident qu'un monde à la Blade Runner est très joli sur un écran de cinéma, mais serait insupportable dans la réalité. Un monde à Ghost in The Shell (ou au moins la lumière du jour nous parvient) me semblerai déjà plus... "engageant" (mais tout aussi dangereux quelque part).

 


Nous sommes au 21ème siècle, et dans ma tête j'imagine parfois des scénarios de science fiction où dans des centaines d'années, l'homme n'aura toujours pas établi de colonies sur Mars, ni même sur la Lune. Des hommes cloués au sol par des crises économiques à répétition où le seul rêve encore possible consisterait en des voyages virtuels sur nos consoles, nos lecteurs de Blue Ray 8K triple AC3 Dolby Surround hyper émo-sensitivo 3D relief. Car produire du rêve hollywoodien, du rêve PS12, Xbox 32 sera toujours moins cher à produire que n'importe quel programme spatial réel.


Je rêve finalement d'un monde où les deux rêves, réels et virtuels pourraient alors s'épauler. On veut faire un voyage réel sur Mars ? Alors faisons d'abord des simulations virtuelles dans des univers 3D à la Matrix par exemple. Je rêve d'un monde du 21ème siècle qui serait aussi beau, voir même aussi bling bling que dans mes films de cinéma. Que la technologie me permette de voyager réellement dans la virtualité, et pas avec un énième joystick dont le principe n'a pas réellement évolué depuis des années 80. Mais sommes-nous réellement prêts pour cet ultime passage du réel au virtuel ? Car c'est peut-être la méfiance, voir l'instinct de survie de l'homme qui l'empêche de franchir cette frontière.



Vous êtes dans le métro, casque sur les oreilles, et vous loupez votre station, car trop absorbés par votre musique ou le film défilant sur votre smartphone. Mais au moins, vous pouvez lever la tête et revenir dans le réel en clignant vos paupières. Si nous nous lançons dans l'exploitation de mondes virtuels hyper réalistes, où tous nos sens seront virtualisés, ne vaut-il mieux pas alors le faire dans un endroit sécurisé, comme une salle d'arcade, voir chez soi dans sa chambre ? Et qui sait ce que la machine pourra alors implanter dans nos cerveaux lors de nos voyages ? Déjà que regarder une simple pub à la TV nous influence parfois...


En fait, ce genre de virtualité existe depuis la nuit des temps.... C'est un procédé de voyage virtuel hyper réaliste, capable de vous chambouler émotionnellement même... On appelle cela : Rêver en dormant ! ^0^ Et on le fait même parfois dans le métro, sans casque, sans smartphone, juste avachi sur soi... et on loupe encore sa station de métro ! Comme quoi le rêve parfois, ce n'est pas qu'une question de technologie, de consoles de jeu, de virtualité... cela se résume parfois à une bonne banquette confortable ! Et au moins on est sur que nos rêves sont produits par notre cerveau, certes influencés par nos désirs, nos rencontres, et nos souvenirs.. mais cela reste notre production personnelle au final !  ^0^


(NOTE : Ce post à été mis à disposition sur mon facebook et le dialogue est actuellement engagé entres divers internautes. N'hésitez pas à nous rejoindre ^^: https://www.facebook.com/karafactory)

mardi 19 février 2013

LA GUERRIERE INNOCENTE - Volume 2 - Premières previews


S'il m'est souvent arrivé de commencer
un album sans un seul texte, mais juste en posant
une ambiance par le regard d'un personnage,
c'est ici la première fois que je commence
un récit sans un seul décor apparent !

Dans la première planche de ce second volume  nous assistons à l'enfance mouvementée de Gunhild et surtout à l'évènement quelque peu brutal qui l'amena à la perte de son œil. Une première planche qui démarre donc sur une scène d'action, et où je perds le lecteur de par le fait que l'on ne sait où l'on se trouve...


La seconde planche apporte enfin la réponse du lieu de l'action, mais toujours sans textes, ni même un seul bruit d'ambiance, de fracas où même de clameur d'une foule visiblement très contente du spectacle. Si dessiner cette même foule m'a semblé duré une éternité, je me suis par contre beaucoup amusé à créer les tronches de sadiques des spectateurs au premier plan.
En parlant de plans, la seconde case peut vous paraître un brin confuse. N'oubliez pas que ces planches sont conçues pour recevoir de la couleur. En ce sens, les premiers essais de mise en couleurs de cette case font que celle-ci gagne énormément en lisibilité, rassurez-vous.
Au niveau de la narration, Gunhild devait au départ décapiter la créature et exhiber sa tête au public. Le récit étant dans une collection jeunesse, l'excès de gore m’a paru un peu trop décalé, et j'ai donc décidé de modérer mes élans bouchers ^0^


Enfin les textes s'invitent pour préciser la situation de notre jeune gladiatrice. Là encore, les décors en 3D m'ont tirés d'affaire ne serait-ce que pour l'escalier en colimaçon de la troisième case !
D'un point de vue de la narration, les strips (lignes de cases dans une planches) sont passés d'une moyenne de 5/6 à 3/4 (très rarement: 5) pour une meilleure lisibilité dut au petit format de la collection. Surtout, les textes ont étés agrandis pour permettre un plus grand confort de lecture. Un exercice périlleux pour le grand bavard que je suis, car qui dit textes plus grands, dit aussi une plus grande place occupée par les bulles. Le but est d'alors de résumer les textes, les réduire pour que ceux-ci perdent en encombrement ce qu'ils gagneront en force (du moins, c'est l'idée ^^)


A suivre ! ^0^

jeudi 14 février 2013

LES CHATONS DE SOLEIL 2013 - "IN COLORS"


Pour le recueil annuel LES FILLES DE SOLEIL 2013,
j'étais parti sur une illustration très sexy.
Mais d'une part, je suis actuellement un auteur "jeunesse"
donc je dois me contenir à ce niveau là, et de plus, j'ai voulu
tenter un trip plus humoristique et mignon ^^

mardi 12 février 2013

LES CHATONS DE SOLEIL 2013 ^0^


Croquis, avant mise au propre,
de ma contribution annuelle au recueil
LES FILLES DE SOLEIL ("saison" 2013).


lundi 11 février 2013

POST SUPER EXPRESS ! CLEOPATRA EN VENTE SUR EBAY ^^



La belle n'ayant pas trouvé d'acquéreur
sur le salon Paris Manga de février 2013,
la voici posant ses guns sur le site d'enchères d'EBAY.
Si l'aventure des enchères vous tente, voici le lien !

Vous avez... dix jours pour agir
(et non pas 7 comme dans la série TV ^0^)

dimanche 10 février 2013

POST EXPRESS : FOXXY CLEOPATRA !


En pleine production du second volume de
LA GUERRIÈRE INNOCENTE
(je sais, je sais, des previews vont bientôt arriver, z'inquietez pas ^0^)
et participant à une séance de dédicaces à PARIS MANGA
ce dimanche, je n'ai eu le temps de faire
qu'un seul petit original à vendre pour le coup.

Voici donc : FOXXY CLEOPATRA
(OK, elle ne ressemble pas à celle du film
mais c'est pour la blague ^^)


Deux infos importantes la concernant :
-Si celle-ci ne trouve pas preneur ce dimanche, elle à une grande chance de venir pétarader sur Ebay. l'enchère sera annoncée ici-même le cas échéant, et pour une fois ouverte aux acheteurs potentiels de toute la France
-Son encrage à été entièrement filmé ! Ce "tutoriel" sera ainsi disponible sur Youtube, prochainement ^^

jeudi 7 février 2013

MANGA : MAGI, THE LABYRINTH OF MAGIC - Tomes 1 et 2



Par Shinobu Ohtaka
Edtions Kurokawa, 6,70 €uros.

Final Fantasy VII, Xenogears, Dragon Quest… Tous ces titres et tant d’autres ont participé à la gloire d’un genre qui a connu son apogée de la fin des années 1980 jusqu’au début des années 2000 : le RPG – Role Playing Game. Une troupe d’aventuriers d’horizons divers, des donjons et bases secrètes à visiter, des trésors et des monstres, le tout sous-tendu par un souffle épique dont Hollywood semble avoir du mal à (re)trouver la recette encore aujourd’hui.
C’est cet esprit vintage, héroïque, et surtout grandiose que tente justement de ressusciter Shinobu Ohtaka pour son premier manga en tant que professionnelle. Et pour un début, c’est un joli coup de maître. Puisant son inspiration dans les Contes des Mille et une nuits, cette jeune auteure décrit un monde oriental alternatif où d’étranges labyrinthes ont fait leur apparition. Il s’agit de mystérieuses bâtisses qui, d’après les légendes, abritent des trésors incroyables et attirent donc de nombreux aventuriers. Ainsi, Aladin est un jeune garçon ayant à son service un Génie, et parcourant le désert à la recherche de nouvelles amitiés. Il croisera sur sa route Ali Baba, un autre jeune garçon avide d’ascension sociale, quitte à devoir ramper devant des puissants corrompus. Tous deux vont pénétrer dans un labyrinthe et rencontrer d’autres chercheurs de richesses.

 

Si le premier tome pose timidement les bases de la série, le deuxième nous entraîne dans des aventures à grand spectacle, jamais avares de rebondissements, et ce à la manière des fastueux films de l’âge d’or hollywoodien, avec ses bricoleurs de génie comme Ray Harryhausen, et ses réalisateurs mégalomanes tel Cecil B.De Mille. Même son graphisme reprend une esthétique délicieusement vintage avec des personnages semblant issus d’illustrations de jeux vidéo des années 80/90.
Ainsi Magi est un manga récent… mais à l’ancienne. Un revival réussi d’un genre qui vieillit comme le bon vin, avec son humour parfois potache mais qui s’efface toujours au profit des exploits de ses héros en quête de trésors… Mais qui découvrent bien vite que la plus grande des richesses ne se trouve pas forcément au fin fond d’un donjon, mais parfois tout près… en soi !


Retrouvez l'article original sur le site www.bodoi.info : CLIQUEZ ICI

mardi 5 février 2013

WORK IN PROGRESS VIDEO - NEKO SOLDIER !



De par le net, et surtout sur Youtube, pullulent nombre
de "work in progress" de dessins de tous styles.
Pourquoi alors ne tenter cet exercice à mon tour ?
Voici donc pour vous, une petite vidéo quasiment
en temps réel de la réalisation d'un rapide croquis
au style "choupi/cute/Moe manga"
et dont le résultat se trouve ci dessus.

Bon visionnage !



dimanche 3 février 2013

HOTEL TRANSYLVANIA - IMAGE BOARDS

HOTEL TRANSYLVANIA est un film d'animation 3D sympathique, très rythmé, et devant lequel on passe un bon moment le sourire aux lèvres, son verre de coca à la main ^0^
Mais lorsque le générique de fin arrive, il m'est arrivé un truc que je n'avais pas vécu depuis les génériques du film LES AILES D'HONNEAMISS (Gainax) ! Les auteurs ont eu l’excellente idée de mettre les dessins préparatoires dans le générique de fin ! Ce genre de dessin est généralement destiné à des art books pour un public "de niche" (graphistes, artistes, amateurs de making of, etc...). Certaines images sont emplies d'une poésie que je n'avais pas ressenti depuis justement les études filmées du film LES AILES D'HONNEAMISS. 
C'est... assez difficile à exprimer en fait mais la magie opère sur moi, en tous cas. Ambiances feutrées et mystérieuses, personnages minuscules perdus dans des décors gigantesques mais jamais "agressifs", toujours empreint d'un onirisme envoutant.
Difficile aussi de nommer tous les artistes qui ont fait ces petites merveilles.... Sachez donc que tous ces dessins sont sous copyright : SONY PICTURES ANIMATION, et que la plupart proviennent de ce site : http://livlily.blogspot.fr/






































COPYRIGHTS : SONY PICTURES ANIMATION