samedi 11 avril 2015

LE CHRONIQUEUR EXPRESS - SERAPH OF THE END Ep.1



SÉRIE TV - avril 2015 -
Un jour, un mystérieux virus décime chaque humain de plus de 13 ans. Au même moment, les Vampires ont émergé et asservi les enfants, seuls survivants de l’épidémie. L’histoire nous entraîne au côté de Yuuichirou Hyakuya, un esclave chargé de donner son sang à des aristocrates. Ayant perdu son frère lors de son évasion, Yuuichirou se promet de tuer tous les Vampires, et pour cela, il rejoint la résistance pour délivrer les esclaves.

Le manga Owari no Seraph de Kagami Takaya (scénariste) & Yamamoto Yamato (dessinateur) a débuté en 2012 aux éditions Shueisha et dénombre actuellement 6 tomes reliés, au Japon. (licencié aux éditions Kana sous le nom Seraph Of The End). Une préquelle en roman intitulée, Owari no Seraph: Glen Ichinose Ruin of a 16 years old de Kagami Takaya est sortie en Janvier 2013 aux éditions Kodansha et dénombre actuellement 4 tomes reliés, au Japon.

Staff Animation :
Mangaka : Kagami Takaya (Densetsu no Yuusha no Densetsu) & Yamamoto Yamato (Kure-nai)
Studio : Wit Studio
Réalisateur : Daisuke Tokudo
Scénariste : Hiroshi Seko
Character Design : Satoshi Kadowaki
Music Producer : Hiroyuki Sawano (Shingeki no Kyojin, Seven Deadly Sins, Aldnoah.Zero)
Source : Adala News

ÉPISODE 1 - AVIS :
C'est beau ! Si vous aimez les décors gothico steampunk baroques et grandioses, vous allez être servi ! Le chara design est soigné, ainsi que l'animation qui atteint parfois une très grande fluidité.
Si la forme est un sans-fautes me concernant, le fond se révèle plus académique. On est clairement dans une série de figures imposées du genre, malgré un début original et expéditif... dans tous les sens du terme.
Une série qui marque donc plus par son esthétique soignée que par son background classique mais carré. Mais pourquoi pas ? Raconté avec efficacité, cela peut donner une solide série d'aventures.
Dommage cependant que les illustrations promotionnelles spoilent déjà les épisodes qui vont suivre (même si on se doute de la tournure des évènements, si comme moi, on est habitué à apprécier ce type de récit).