mercredi 11 novembre 2009

LES PIONNIERS DE LA BANDE DESSINEE ARMENIENNE



L'APBDA est une association qui à pour but de promouvoir la bande dessinée en Arménie. Ce petit pays qui à connut un passé tragique (génocide non reconnu, occupation soviétique, etc...) fut aussi la première nation à accepté le Christiannisme comme religion d'Etat (avant Rome). 20 ans sont passés depuis l'indépendance vis à vis de la Russie et malgré une crise mondiale qui continue de faire des dégâts, l'Arménie qui était à peu près dans le même état actuel que l'Afghanistan se reconstruit petit à petit aujourd'hui...

Si vous cherchez un décor pour le prochain film de Silent Hill, Erevan est le lieu
rêvé ! La ville est un chantier indescriptible où se croisent anarchiquement le
architectures du passé et de "l'avenir"... Pour peu que l'on apprécie bien entendu...

L'ARGENT OU LE REVE ?

L'APBDA à donc une vocation qui peut prêter à sourire pour certains. N'a t'ont pas mieux à faire que de valoriser nos p'tits Mickeys dans un pays portant encore durablement les stygmates d'une occupation dictatoriale ? Ne serait-il pas plus intelligent et utile d'envoyer de l'argent pour construire des routes, des ponts et autres infrastructures propices à l'évolution d'un pays ? Certes, mais d'autres s'en occupent déjà. De plus, l'APBDA n'est pas une association de millionnaires, mais plus une machine à rêver.



Des chantiers pour la plupart stoppés net par la crise... En 1999, lors de mon premier
voyage en Arménie, j'ai vu un chantier qui était stoppé depuis des lustres...
A tel point qu'un arbre avait poussé à l'intérieur d'une grue abandonnée !
Une vision surréaliste qu'on croirait sortie d'un film de Terry Gilliam.
J'espère que les chanters de 2008-2009 ne connaîtront pas le même sort...


Le rêve justement !
Oui l'argent, l'entraide, les plans de reconstructions sont des choses essentielles, mais le rêve aussi est indispensable pour qu'une société ressente l'envie d'avancer. Et plutôt que d'apporter du rêve à certains arméniens, n'est-il pas plus intelligent justement de leur apprendre à fabriquer ce rêve, LEURS propres rêves ?


LES ATELIERS DES PIONNIERS

Ne nous y trompons pas, je ne suis pas un pionnier, mais les participants à nos ateliers, peut-être ! L'année dernière, l'APBDA m'à envoyé avec quelque prestigieux collègues (Berberian, Boudjellal, Margerin, Cestac, Denis, Gorridge), participer au premier Festival international de la BD d'Erevan, capitale de l'Arménie. Un récit qu'il faudra bien que je finisse de raconter ici un jour d'ailleurs (^___^;). Ce festival était destiné à montrer ce qu'est le média même de la BD, Un média totalement inconnu il y à encore quelques années en Arménie. Aujourd'hui la presse soviétique est ses BD pour enfants tiennent le haut du pavé dans les kiosques à journaux arméniens.
Notre objectif de 2009 à été donc de mettre en place des ateliers pour étudiants et professionnels afin de leur apprendre (toutes proportions gardées) le métier d'auteur de BD. Nous ne disons pas qu'ils seront les précurseurs d'une future industrie arménienne du "divertissement", mais au moins pouvons-nous déjà lancer un "nouvel artisanat" dans ce domaine. Il faut bien que l'on commence par quelque chose, non ?

UNE IDENTITE PLUSIEURS FOIS MILLENAIRE...


L'Arménie est un pays ayant une histoire et une identité riche. Une identité un peu mise à mal par une occidentalisation à outrance depuis ces 20 dernières années. Pourtant le maître mot de nos ateliers à été de préserver à tous prix l'identité même de nos participants. Hors de question d'aller les influencer dans leur style, mais au contraire d'aller dans leurs sens, comme le ferait non pas un professeur, mais plutôt un rédacteur en chef. C'est la direction qu'à suggéré Farid Boudjellal, l'un de auteurs participant au projet. Direction à laquelle j'ai essayé de coller.

L'atlier fut organisé comme ce qui suit: 3 intervenants (Farid Boudjellal, Dominique Bertail, Kara ^0^) sont partis chacun une semaine en Arménie superviser donc une série d'ateliers couvrant la conception d'une bande dessinée de A à Z. Farid s'est chargé de la conception (conception des personnages, scénario, etc...), Dominique s'est chargé de l'éxécution (story board, les différents styles, etc...) et moi des finitions (mise en couleurs numérique où traditionnelle, encrage, etc...). Le tout dans l'optique d'un collectif de BD de 4 à 8 planches chacune, à paraître en 2010 dans un album en Arménie, et pourquoi pas en France !

AU TRAVAIL, KAMARADES !

soyons clair tout de suite, l'année dernière quand j'ai dédicacé quelques feuilles blanches lors du Festival d'Erevan, j'ai croisé en 3 jours 10 fois plus de jolies filles devant ma table qu'en 10 ans de dédicaces en France ! Eh bien là encore, derrière la table cette fois, le défilé valait aussi le coup de pinceau... euh d'oeil !
Bon maintenant que j'ai balancé ma réplique de mec macho, je peux passer à l'atelier en lui-même ^0^ ! Désolé mais quand ça démange ^0^ (pas taper svp)
Se déroulant l'après midi dans un centre artistique à Erevan, l'ambiance fut studieuse et décontractée. Certains participants avaient même leurs propres ordinateurs portables (engin encore inconnu où même chimérique en Arménie il y à une dizaine d'années !). Une participante avait même une tablette graphique Wacom dernier cri, mais ne pouvait s'en servir correctement. Je lui est donc montré qu'on pouvait via les pilotes de la palette, configurer celle-ci ! Il fallait voir son air quasi "émerveillée". Et c'est d'ailleurs à ça que s'est résumé en gros ma partie : donner pleins d'astuces sur photoshop, sur l'encrage, des idées de raccords, etc... Car soyons honnête, moi aussi il m'arrive encore aujourd'hui d'apprendre ce genre de petites astuces qui facilite votre vie. Car si personne ne vous le dit, pas évident de trouver par soit-même. Encore moins lorsque l'on est un arménien tenant un manuel d'utilisation en anglais (langue encore peu parlée en Arménie, mais ça s'améliore d'années en années^^).... Enfin quand manuel il y à !


L'équipe au grand complet !

J'ai également amené avec moi des centaines d'exemples d'illustrations virtuelles d'auteurs de tous horizons : nippons, occidentaux, et russes même, le tout pioché à dtoite et à gauche mais le plus souvent sur le site www.deviantart.com ! Certaines de ses illustrations étant présentées parfois ici-même sur ce blog ^^. La valse des clé USB des participants voulant piller ma documentation occupa ainsi une bonne partie de l'emploi du temps de mon compagnon de voyage Alex, sans qui je me serais entremêlé les pinceaux plus d'une fois ! Un 'RO merci à lui ^0^!


Ma première BD dédicacée en Arménie !

J'avais aussi sur moi de nombreuses cinématiques de jeux vidéos (nippones, américaines, etc... en AVI et WMV, en versions légales - merci Gametrailers.com ^0^) qui intéressa au plus haut point nombre des participants, tous âges confondus. Ne vous y trompez pas, on trouve les derniers films hollywoodiens en Arménie en DVD, ils ont même des téléviseurs LED derniers cri (mais peu peuvent s'en offrir... même en France ^__^;), mais là encore, si personne ne vous dit où chercher et surtout quoi chercher en matière d'imagerie numérique, c'est comme pour les dessins nippons diffusés au Club Dorothée dans les années 90, et les dessins animés inconnus encore "cachés" au japon (et de qualité parfois très supérieures). Si personne ne vous dit qu'il y à des trésors cachés ailleurs et surtout où les chercher, vous risquez de passer à côté de ceux-ci ! Là encore, les clés USB ont tournés à fond ^^;


Dans l'ensemble, les participants étaient tous très modestes, conscient de leur inexpérience dans le domaine de la BD. Tous cependant avaient un niveau de dessin fort honorable, voir parfois n'ayant rien à envier à certains de nos auteurs hexagonaux. Ils leurs manquaient juste quelques fondamentaux de la BD : narration, cadrage, rythme, etc... D'où parfois une certaine maladresse dans les projets proposés. Mais comme je l'ai dis plus haut : il faut bien commencer par quelque chose !


Désolé de ne pouvoir en montrer plus.
Rendez-vous en 2010 !


Au niveau du style, j'avais un peu peur aussi que l'Occident et l'Asie (comprenez le manga) n'influence trop l'univers de nos participants. Soyons honnête aussi, pour 1 image d'Astérix circulant sur le net, 10 000 images de mangas la suivent de près ! C'est pour cela aussi que le sujet même des BD que l'APDA à proposé est Erevan. Science fiction, action, drame politique, conte enfantin, thriller, comédie romantique, drame familial, tous les sujets ont été abordés par nos participants. Peu importe peut-être leurs niveau de dessin, de narration, de rythme, pourvu que ceux-ci puissent exprimer quelque chose (de personnel, politique, comique, etc...)...

Je vous tiendrais donc au courant de l'évolution de ce projet aussi fou qu'atypique dans les mois à venir ! N'hésitez pas à poster vos questions et demandes de précisions ici-mêmes, j'y répondrais sans failles (les habitués du blog vous le confirmeront ^^)

Et pour finir, un petit dessin que j'ai fais sur place pour les filles d'une cousine habitant la capitale. N'ayant pas de scanner à disposition, je l'ai pris en photo. La qualité n'est pas top (et le personnage à un bras trop long ^__^;) mais bon, "just for the fun" comme on dit (souvent) par ici ^0^



9 commentaires :

bouri a dit…

Ayé j'ai tout lu, quel pavé ^^

En tout cas bien sympa de suivre ton récit, c'est un projet fort intéressant.
Sympa aussi les photos d'Arménie il y a de très belles architectures.

ps: les filles sur la photo de groupe sont effectivement très jolies ^^

Saerinox a dit…

comme quoi, on apprend des truc tout le temps
et pis si sa sort pas en France, faudra trouver la bd en "VO" ( je sais même pas quel langue parle l'Arménie) et trouver un traducteur^^

même si a demi HS, quel sont les animes "cachés" dont tu cause sur ton pavé?

Krom isback a dit…

Merci kara de nous faire partager ta petite escapade.

Ça serait marrant si un jour dans tes escapade en Arménie.
Tu nous faisais des photos de l'Arménie rural. Par opposition a l'Arménie urbaine qui se développe.
Enfin c'est juste une idée.

KARA a dit…

BOURI:
Oui c'est un gros pavé et encore j'ai résumé et mis des photos un peu partout pour aérer ^^

Pour les archis, y'à des trucs chouettes mais faut aimer. En gros, soit ils démolissent tout parce que c'est trop délabré, soit ils essayent de mélanger le neuf et l'ancien. J'en connais qui adorent, d'autres qui détestent ^^

Et pour le filles, y'à un truc pour calmer les ardeurs naissantes : elles sont toutes mariées !
C'est une "tradition" en Arménie : faut être marié à 21-22 ans au plus tard, sinon t'es louche. Une tradition qui fait du dégât crois-moi. Je connais une avocate là-bas qui se fait des "couilles" en or en procédures de divorces !

SAERINOX:
Au pire, je te raconterais les histoires via le blog.

Les animes cachés sont en fait ce qu'on connaissait pas à l'époque du Club Do. On pensait tous que Saint Seiya et DBZ c'était le top de l'anime nippone, puis en fouillant dans les magasins d'import on découvrait des Miyazaki, du Akira, du Honneamiss, du Manie Manie, etc... T'imagines le choc à l'époque ^^

KROM:
Alors j'ai déjà des centaines de photos de l'Arménie rurale (églises, campagnes, gens, nature, etc...) mais c'était pour la session de 2008. Donc si je continue mes posts pour cette session, vous verrez ces photos ^^
Là j'ai passé la semaine entière dans la capitale donc forcément...

Zonzon a dit…

Merci d'avoir pris le temps d'écrire cette note très intéressante, je me coucherai moins con ce soir: déjà je saurai placer Erevan sur une carte...
Tu m'as donné envie de jeter un coup d'oeil à l'histoire de ce pays, et rien que pour ça, merci Karapédia!

bouri a dit…

Arf je savais pas qu'il y avait un poids du mariage jeune aussi encré là bas

KARA a dit…

ZONZON:
De rien et bonne lecture ^^

BOURI:
Ah c'est vraiment une cata là-bas. Enfin nous en Occident, c'est ce qu'on pense parfois. Maintenant, y'à des mariages heureux hein ! La bonne pioche, c'est pas qu'au poker non plus !
Mais quand tu te marie sous la pression sociale, c'est jamais très bon...

LoMelikian a dit…

Merci Kara,

Vu le coeur que chacun a mis dans cet atelier, ces fruits seront aussi doux que les raisins d'Arménie.
J'ajouterais un truc, réaliser de la BD en Arménie c'est finalement s'inscrire naturellement dans l'histoire. Quand on voit les miniatures arméniennes qui sont parfois plus que millénaire, on se dit que les étudiants ne font que renouer avec l'histoire artistique du pays...

Chnorhagal 'em

Lo

KARA a dit…

Merci pour cette précision Laurent (membre de l'APBDA ^^)