jeudi 25 février 2021

BLOODY WINDFALL - The Complete Manga

 

Mon "manga" pour le concours du magazine Jump 2020

Bonne lecture ^^

  

  

   

  


 


 

  

 

dimanche 21 février 2021

AYA ET LA SORCIÈRE – FRANCHEMENT ? ON S’EN FOUT…



Goro Miyazaki, le fils du célèbre réalisateur, récidive après un Contes de Terremer moyen et à la fin incompréhensible si on a pas lu le roman à l’origine du film. Après La Colline aux Coquelicots, il amorce donc le virage, ou une embardée plus où moins incntrôlée, du studio Ghibli vers la 3D intégrale… Et le résultat est franchement bancal.

Aya et La Sorcière est un film bâtard, presque inachevé, pas mauvais, pas bon non plus, on en ressort avec un gros « ppffffff pouais bof… ».

 

Déjà le film ne dure 1h22 et Il faut attendre le dernier quart d’heure avant qu’il ne se passe quelque chose d’intéressant, et qui fasse un tant soit peu avancer le récit. On a donc l‘impression de regarder les 4 premiers épisodes d’une longue série TV d’au moins 26, voir 39 épisodes ! Le décors quasi unique du film (une maison ou l’espace se déforme selon le bon vouloir de ses habitants) n’aide pas franchement à diversifier les péripéties de l’héroïne. Une héroïne dont on ne sait pas quoi penser au final car se vantant d’être une manipulatrice de génie. Donc on ne sait jamais si ses sentiments son sincères, ou si les rares moments d‘émotions sont un numéro malsain de comédienne ou une expression sentimentale véritable. Tous les personnages naviguent dans une espèce de zone grise où ils ne sont pas réellement méchants ou gentils. Ils sont juste humains, en tous cas dans l’intention d’écriture, mais au final les situations s’enchaînent sans réelle logique. On passe son temps à se dire « Ah OK… Ouais pourquoi pas… Non mais en fait, je m’en fous… Enfin je crois. Je sais pas… »

 

Donc si le fond semble complètement bancal, malgré un bonne volonté évidente de bien faire… Qu’en est-il de la forme tant décriée ?

Là encore, on se gratte la tête et on prend un air dubitatif. Les (rares) environnements sont superbes, à la limite parfois du photoréalisme… Mais avec des personnes « poupées de porcelaine » se baladant dedans. On n’a pas l’impression qu’ils sont dans un seul et même univers graphique cohérent. L’animation est plutôt réussi, très expressive mais pas franchement valorisée par une mise en scène très lambda, limite télévisuelle dans le sens « série TV française anonyme ». Comparée à la puissance de feu graphique d’un Disney, d’un Pixar ou d’un Dreamworks, Aya est clairement à la traîne. OK, les animés japonais n’ont jamais eu les budgets colossaux des blockbusters américains, mais ils compensent par une direction artistique, des scénarios, une mise en scène qui font leurs force et leurs différence ! Hors sur le terrain de la 3D pure, on n’est plus du tout dans la même cours ! Et même les récents blockbusters chinois comme le sublime White Snake écrasent sans soucis la pauvre Aya… qui finalement le mérite un peu quand même… Alors OK, c'est pas censé être un film cinéma, mais un téléfilm. Bin là pour le coup, OUI, ça fait téléfilm...

 

Encore une fois, ce n’est pas bon, ce n’est pas mauvais, c’est complètement anecdotique, impersonnel, pas franchement intéressant, il ne se passe pas grand chose, les personnages sont bordéliques au mieux, détestables au pire. Aya est un film malade, mal fichu, même pas sympathique… Voilà, c’est ça : on n’a pas envie d’être sympa avec ce film, il est un peu comme le tonton con et bourru qu’on invite une fois à Noël parce que bon, il est de la famille, mais qui nous manquera pas s’il vient pas au prochain repas de famille. C’est même pas triste, juste… On s’en fout… Voilà…

 

jeudi 18 février 2021

PERSEVERANCE. HOLLYWOOD A TOUT BOUFFÉ...


Quand je dis que parfois on est blasé.
On bouffe de la super image 4K photo réaliste avec des effets spéciaux plus vraie que la nature... et bon ce soir, on a eu quoi? Des images de synthèse à peine digne d'un jeu de gestion de 2005 et une photo en noir et blanc en basse définition... ok....
Alors oui les plus férus d'entre vous me diront que je ne me rends pas compte et que j'ai un avis de beauf. oui j'ai un avis de beauf parce que moi on me vend du spectacle, on me vend la vie forcément plus intéressante que la fiction. Et pour le moment... ben bof quoi... et c'est triste.
C'est comme les photos des planètes qu'on croit être des maquettes suspendus sur un fond noir alors que ben oui c'est la réalité.
je sais pas, je m'en rends pas compte en fait.
On est en 2021, y'a pas de voitures volantes, on a des bobos à trottinette, un virus à la con.... putain, on en aurait fait un scénario de sf dans les années 80, on n'y aurait pas cru.
Hollywood a vraiment déformé ma vision de la réalité.... vivement les premières images en super haute def de la sonde parce que là....
Sérieux les gars, grouillez-vous à nous faire le monde de SF promis dans les années 80. J'en ai marre de rêver, je veux VOIR!
 

dimanche 24 janvier 2021

mardi 12 janvier 2021

LE CHRONIQUEUR EXPRESS : EX-ARM – EPISODE 1 – C’EST INTERDIT DE FAIRE ÇA !

Ex-Arm est un très chouette manga cyberpunk avec un peu de fan service, des scènes d’action originales, et des personnages attachants ; bref de quoi faire une belle adaptation en animation. Crunchyroll produit alors la chose et au vu certaines de leurs précédentes réussites comme Tate no Yuusha, on était en droit d’attendre une œuvre de qualité. Très vite, le choix s’est porté sur une animation 3D, et encore une fois, au vu des superbes réussites récentes comme Houseki no Kuni ou Expeled from Paradise, tous les espoirs étaient permis !
Puis vint la première bande annonce ! Et là, comme disait la chanson : « Je sais pas comment te dire ce que je peux pas t’écrire, faudrait que j’invente des mots qui existent pas de le dico ! »
Et là, aucuns superlatifs n’étaient à la hauteur de l’ignominie visuelle éclaboussant d’acide nos yeux ! Une animation raide et catastrophique à peine digne d’un jeu de troisième zone PlayStation 1, des cadrages approximatifs, des textures absentes, le tout dans un visuel nous renvoyant 20 ans en arrière !
Mais bon, au vu des retours catastrophiques (le trailer sur Youtube cumulant 4 à 5 fois plus de dislikes que de likes!), on pouvait espérer que le producteurs fasse un damage control et corrige le tir…
 
 
Et quand on voit enfin l’épisode 1, on constate que l’on peut toujours faire pire, et à ce moment là, il faut créer une nouvelle langue pour définir la nullité ultime qui s’exhibe à nous ! On n’est plus dans la honte, mais littéralement dans la performance artistique ! La liste de tout ce qui ne va pas prendrait un volume entier de Twilight. Une animation indigente, raide au possible, tous les personnages bougent comme des pantins. Certains décors ne sont que des photos grossièrement retouchées avec un filtre Photoshop dégueulasse ! Certains zooms sur ces mêmes décors finissent sur des bouillies de pixels floutées pour masquer qu’on est allé trop loin ! Les explosions sont grossièrement superposées à des décors explosant en gros polygones cubiques ! Les personnages glissent sur le sol quand ils courent ! Bon sang, n’y a t’il donc RIEN à sauver dans cet accident industriel ???
SI !
Enfin SI peu surtout…
L’histoire originale semble à peu près respectée. Et dans l’idée, les scènes d’action sont très bien chorégraphiées, avec de chouettes gunfights et des combats au corps au corps vraiment inventifs… Mais comme le tout est filmé et animé avec un pied amputé, c’est juste peine perdue ! De tous les personnages, le moins raté est l’androïde Alma, ce qui tombe bien pour une animation raide !
Devant mon écran j’étais aussi hilare qu’avec les yeux en feu devant ce monument du masochisme visuel !
Au delà d’une occasion manquée, on peut parler d’un incroyable gâchis d’ou surgit quelques fulgurances chorégraphiques noyées dans un flot d’absurdités formelles !
Pourquoi, MAIS POURQUOI ???? Reprends-toi Crunchyroll, tu es capable de faire tellement mieux que ce moment d'égarement!!!

INFO BONUS : Un début d'explication sur cet incident industriel CLIQUEZ ICI!

samedi 2 janvier 2021

FORTRESS GIRL [2.1 - UPDATED]


Pour le Character Design Challenge, il faut proposer des personnages EN ENTIER ! Donc j'ai rajouté vite fait des jambes et j'ai reposté sur le facebook dédié.
OK, c'est un peu de traviolle, mais c'est pour le fun. D'ailleurs au passage, c'est marrant les pseudo-influences qu'on peut avoir. "pseudo" car on m'a souvent dit que mes couleurs faisaient très comics américains... Alors que je n'en lit quasiment jamais ! Et quand je fais des méchas, je ne sais pas pour vous, mais je trouve que ça donne dans le "lourd", le massif, le "brut", genre russo-soviétique steampunk! Peut-être que je devrais creuser encore plus loin dans cette esthétique après tout...





vendredi 25 décembre 2020

FORTRESS GIRL 2.0


Nouvelle version d'un vieux dessin de 2016 pour le célèbre Character Design Challenge du mois de Décembre 2020!
J'ai redesigné les "gants" pour qu'ils soient plus mécaniques, et bien sur de la couleur ! Et pour l'occasion, j'ai utilisé directement des couleurs RVB (des couleurs prévues pour l'affichage vidéo et donc plus vives, au contraire des couleurs CMJN prévues pour l'impression Offset professionnelle). Le résultat est donc un poil plus pêchue et lumineux que mes palettes colorées habituelles.




jeudi 17 décembre 2020

ET ÇA CONTINUE, ENCORE ET ENCORE...

 

Soyons factuels : Tests à partir d'un crayonné lambda avec donc un porte mine 0,2mm et un feutre UniPin 0,03; sur papier lisse bristol.
Le trait du porte mine est peu plus chaleureux, mais même en forçant les noirs, il reste gris très foncé. Le trait du feutre est imperceptiblement plus fin et précis, peut-être plus froid.
Pour un encrage en noir et blanc pur, il peut faire son office, mais il sera mieux adapté aussi pour un encrage de type "ligne claire" pour une mise en couleurs ou justement la couleur sera mise en valeur, et le trait en retrait... En théorie...
Bref, je tourne (encore une fois) en rond...
Prochaine étape, le rapidographe/Rotring ?
À 40 euros pièce, c'est à méditer...

mardi 15 décembre 2020

LES CHRONIQUEUR DE MANGA NEWS 4 !

 
Et cette fois je parle de la série TV FRANÇAISE
de League of Legends, du génial isekai Hamefura,
et bien sur je félicite le gagnant français du concours Jump !